Le dernier des mohicans par Cromwell

Le dernier des mohicans par Cromwell

Titre de livre: Le dernier des mohicans

Auteur: Cromwell

Broché: 100 pages

Date de sortie: April 28, 2010

ISBN: 2302007239

Éditeur: Soleil

Le dernier des mohicans par Cromwell est disponible au téléchargement en format PDF et EPUB. Ici, vous pouvez accéder à des millions de livres. Tous les livres disponibles pour lire en ligne et télécharger sans avoir à payer plus.

Télécharger PDF Lire En Ligne

Cromwell avec Le dernier des mohicans

Le Dernier des Mohicans (The last of the Mohicans) est un roman historique américain de James Fenimore Cooper, publié pour la première fois en janvier 1826. Deuxième3 des cinq ouvrages composant le cycle des Histoires de Bas-de-Cuir (Leatherstocking), il se situe entre Le Tueur de daims (The Deerslayer) et Le Lac Ontario (The Pathfinder). Résumé : En juillet 1757, Montcalm remonte le lac Champlain et se dirige avec des soldats « aussi nombreux que les feuilles de la forêt » vers le fort William Henry, tenu par le colonel Monro qui dispose de faibles moyens de défense. C’est le moment que choisissent Cora et Alice, les filles de Monro, pour s’en aller rejoindre leur père. Elles sont accompagnées de David La Gamme, maître en psalmodie, du major Duncan Heyward et d’un guide indien, Magua, qui a tôt fait de les égarer. Fort heureusement les voyageurs rencontrent le chasseur blanc Œil-de-Faucon et ses deux amis mohicans : Chingachgook et son fils, Uncas. Le guide, Magua, est objet de soupçons. Il prend la fuite. Réfugiée pour la nuit dans une caverne du rocher de Glen, la petite troupe est assaillie par des Hurons menés par Magua. Œil-de-Faucon et les deux Mohicans arrivent à fuir. Les deux jeunes filles et leurs deux compagnons sont capturés et emmenés. Magua, ou Renard Subtil, est un chef huron qui cherche à se venger de Monro. Il propose à Cora de l’épouser, car il a besoin de quelqu’un pour tirer son eau, cultiver son maïs et cuire son gibier. Cora refuse. Au moment où les captifs vont être exécutés, ils sont délivrés par Œil-de-Faucon et les deux Mohicans. Tous gagnent le fort William Henry assiégé.. Biographie de l'Auteur : James Fenimore Cooper, né le 15 septembre 1789 à Burlington dans le New Jersey, et mort le 14 septembre 1851 à Cooperstown dans l'État de New York, est un écrivain américain. Il est notamment l'auteur du livre Le Dernier des Mohicans. James Fenimore Cooper est le fils de William Cooper, juge et membre du Congrès pour le comté d'Otsego, issu d'une famille émigrée d'Angleterre en 1679. Après une scolarité à Albany et New Haven, Fenimore Cooper entre à l'université Yale à treize ans, il reste ainsi le plus jeune étudiant jamais entré dans cette université. Trois ans après, il s'engage à 17 ans, dans la marine américaine. En 1811 il se marie avec Susan Augusta De Lancey, et met fin à sa carrière de marin, il s'installe alors dans le comté de Westchester (État de New York). De 1826 à 1833, il séjourne en Europe pour donner une meilleure éducation à ses enfants. À Paris, il publie des ouvrages, dont The Red Rover et The Water Witch et se lie au peintre Samuel Morse et au héros de l'Indépendance américaine, Gilbert du Motier de La Fayette. De retour aux États-Unis, il se réinstalle dans la maison familiale de Otsego Hall, à Cooperstown. En mai 1839, Cooper publie son History of the Navy of the United States of America. Il meurt à 62 ans d'hydropisie, sa femme Susan ne lui survit que de quelques mois ; ils sont inhumés au cimetière de Christ Churchyard, à Cooperstown, auprès de William Cooper. Extrait : Des philologistes, qui ont consacré beaucoup de temps à des recherches sur ce sujet, assurent qu’il n’existe que deux ou trois idiomes parmi les nombreuses tribus occupant autrefois le pays qui compose aujourd’hui les États-Unis. Ils attribuent les difficultés que ces tribus éprouvent à se comprendre les unes les autres, à la corruption des langages primitifs, et aux dialectes qui se sont formés. L’auteur se rappelle avoir été présent à une entrevue entre deux chefs des grandes Prairies, à l’ouest du Mississipi ; les guerriers paraissaient de la meilleure intelligence et causaient beaucoup ensemble en apparence ; cependant, d’après le récit de l’interprète qui avait été nécessaire, chacun d’eux ne comprenait pas un mot de ce que disait l’autre...